RADIO(S)

Jours et nuits les patrouilles de la Guardia Civil traquent la drogue dans la baie d'Algésiras, des côtes espagnoles situées à 13 kilomètres du Maroc. Les narcotrafiquants en ont fait leur territoire. Sur l'eau, la police surveille et contrôle sans cesse, tous azimuts. Ils ont dans leur viseur les jet skis ou certains pêcheurs connus pour aider les trafiquants. Leur cible ce sont des bateaux qui vont très vite, des formules 1 de la mer. Sur les images filmées par la police on voit les embarcations naviguer à une vitesse vertigineuse avec des centaines de kilos de hachich à ciel ouvert.

Des bateaux à plus de 170 000 euros

Les courses-poursuites avec la police sont redoutables, et certains narcotrafiquants en ont fait un jeu en se filmant à plus de 150km/h, pris en chasse par un bateau et un hélicoptère de la Guardia Civil. Ils sont prêts à tout pour échapper aux policiers et finissent parfois sur les plages, sous le feu des policiers au milieu des baigneurs. Les bolides des narcotrafiquants, des "lanchas" coûtent plus de 170 000 €. "Les trois énormes moteurs ont une puissance de plus de 1 000 chevaux", explique la journaliste Nathalie Perez. Dans les locaux de la police, un sous-sol abrite quatre tonnes de hachich saisies. Parfois, la drogue est cachée chez des habitants appelés des "nourrices". La lutte contre le trafic de drogue est plus difficile dans cette région, car une partie de la population soutient les trafiquants qui aident la population. La guerre est incessante, mais perdue d'avance, de l'aveu des policiers. Depuis le début de l'année 2018, ils ont saisi 150 tonnes de hashish, à peine 1% du trafic.

Le JT
Les autres sujets du JT
Source de l'article : https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/trafic/drogues-les-bolides-des-mers_2939451.html#xtor=RSS-3-[faitsdivers]
Partager